Traitements VIH

Actu traitements VIH

27/11/2020 (Seronet) : VIH : Trogarzo est efficace sur la durée

06/11/2020 (Seronet) : VIH : le traitement injectable, ça marche !

12/09/2020 (Seronet) : VIH résistant : une souche à surveiller sans dramatiser

TDF = Fumarate de ténofovir disoproxil

TAF = ténofovir alafénamide

Truvada (Fumarate de ténofovir disoproxil et d’emtricitabine) TDF  + FTC

L’emtricitabine/ténofovir est un agent antirétroviral contre le VIH-1 et le VIH-2, composé d’emtricitabine (nom commercial Emtriva) et de fumarate de ténofovir disoproxil (nom commercial Viread). Ces deux molécules sont des inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse (NRTI). Il est prescrit lorsque le patient est déclaré séropositif, mais il est également étudié en prévention pour des populations précises, dans le cadre d’essai sur les PrEP et autorisé dans cette prescription au Canada, aux États-Unis, en Belgique1 et en France. Il est vendu sous le nom Truvada.

Fumarate de ténofovir disoproxil (aussi appelé TDF) et de l’emtricitabine (aussi appelée FTC)

Biktarvy (bictegravir, l’emtricitabine et le ténofovir alafénamide (TAF)

Approuvé en Europe en 2018, est une association à dose fixe qui contient l’inhibiteur d’intégrase bictegravir, l’emtricitabine et le ténofovir alafénamide (TAF) – une nouvelle formulation de ténofovir qui a moins d’effets secondaires sur les reins et les os mais qui peut entraîner une augmentation du taux de lipides et un gain de poids.

-Lenacapavir – gs6207, en essai Gilead destiné aux patients chroniques en échec thérapeutique ».

-Fuzéon (enfuvirtide) : injection quotidiennes

-ibalizumab (Trogarzo) une perfusion tous les quinze jours

-ifostemsavir (inhibiteur d’entrée) uniquement disponible en ATU (autorisation temporaire d’utilisation).

Cabotégravir

Le cabotégravir est une molécule de type inhibiteur de l’intégrase du VIH, avec une demi-vie longue, en cours de test depuis le début des années 2010 comme traitement de ce dernier. il présente une structure carbamoyl pyrimidone lié via un amide à un substituant difluorobenzène similaire à celle du dolutégravir.

En prise orale, la demi-vie plasmatique dépasse 31 h2. par voie sous cutanée ou intramusculaire, elle dépasse 30 jours3.

En association avec la rilpivirine en injection mensuelle ou tous les deux mois, son efficacité est comparable avec une trithérapie par voie orale quotidienne classique.

Traitement VIH longue durée injectable :

Le nouvel ARV, un cocktail de rilpivirine et de cabotegravir – commercialisés sous le nom de Rekambys et de Vocabria

L’efficacité de la bithérapie associant les ARV cabotégravir + rilpivirine (CAB/RPV) sous sa forme injectable et à libération prolongée (une injection/4 à 8 semaines) a été démontrée dans les essais Flair (personnes n’ayant jamais pris de traitements anti-VIH) et ATLAS (personnes ayant déjà pris des traitements anti-VIH).

L’efficacité de l’association par voie orale, cabotégravir et rilpivirine (CAB + RPV) a été démontrée à S144 dans l’étude LATTE-1. Les données de LATTE-2 à S48 ont permis de mettre en place l’évaluation du schéma CAB long acting (LA) + RPV LA en intramusculaire toutes les 4 ou 8 semaines dans les études de phase III.

Etude ATLAS-2M : Les études de phase III ont démontré que la bithérapie cabotégravir (CAB) – rilpivirine (RPV) longue durée d’action (LA) administrée en intra-musculaire (i.m.) toutes les 4 semaines était non inférieure à une trithérapie administrée de façon quotidienne.

FLAIR : First Long-Acting Injectable Regimen, bithérapie cabotégravir / rilpivirine injectée une fois par mois est aussi efficace, à la semaine 48 de l’étude, pour maintenir la suppression virologique comparé à une trithérapie recommandée en une prise en une fois par jour par voie orale (Mars 2019).

Islatravie/Doravirine en bithérapie VIH

L’islatravir (MK-8591) est le premier inhibiteur nucléosidique de la translocation (INTTI) à être développé pour le traitement de l’infection par le VIH-1. En prise quotidienne associée avec la doravirine (Pifeltro), un non-nucléoside (INNTI), cette bithérapie maintient la suppression virologique chez l’adulte, indique Merck.

MK-8507 en prise hebdomadaire (Merck)

Le laboratoire a également présenté les résultats des études de phase 1/1b pour une nouvelle molécule, MK-8507 qui serait efficace en prise hebdomadaire. La forme injectable de la molécule MK-8507 n’a pas encore été étudiée mais les premières données présentées à Glasgow montrent qu’après une prise orale, la durée de vie de molécule dans l’organisme est trois plus longue que la doravirine. Cela a donné le feu vert au laboratoire Merck pour lancer des études chez les personnes vivant avec le VIH sur un traitement hebdomadaire par voie orale du MK-8507 en association avec l’islatravir.

Allègement thérapeutique VIH

Allègement séquentiel :

ANRS Quatuor : L’essai de phase III ouvert, multicentrique, prospectif, randomisé (ANRS 170-QUATUOR) a démontré à S48, la non-infériorité d’une trithérapie 4/7 jours versus une trithérapie de 7/7 jours chez 636 patients bien contrôlés sous un traitement comprenant un InSTI, un INNTI, ou un IP. (Mars 2020)

Allègement moléculaire :

Gémini : L’essai Gemini recrutait des patients naïfs de traitement, et comparait un bras DTG/3TC et un bras dolutégravir/ténofovir/emtricitabine (DTG/TDF/FTC) : 1430 patients ont été inclus, 20% avaient une charge virale (CV) supérieure à 100000 copies par mL et 10% des CD4 inférieurs à 200/mm3.

A S96, l’efficacité est strictement équivalente entre les deux bras, et il n’y a aucune émergence de résistance. Il y a un peu moins d’effets secondaires lié au traitement dans le bras bithérapie (20% versus 25% tout confondu). La prise de poids moyenne est de 3.1 kg dans le bras bithérapie et 2.1 kg dans le bras trithérapie (Juillet 2019)

Essai Tango : L’essai Tango compare le passage à un comprimé unique de bithérapie DTG/3TC comparé à la poursuite d’une tri ou quadrithérapie contenant du ténofovir alafénamide (TAF). L’étude doit se poursuivre, avec un passage à la bithérapie pour tous les patients en succès virologique à partir de la 148ème semaine (Juillet 2019).

Cohorte OPERA : L’objectif principal de cette étude de cohorte nord-américaine était de comparer l’efficacité et la durabilité de la bithérapie dolutegravir/rilpivirine (DTG/RPV ou 2-DR, «2-drug regimen») versus une trithérapie standard (3-DR, «3-drug regimen») dans les conditions de la «vraie vie».

Allègement VIH séquentiel + moléculaire :

ANRS 177 DUETTO : Essai multicentrique, en ouvert, randomisé en 2 groupes parallèles, évaluant la non-infériorité d’une bithérapie antirétrovirale comprenant du Dolutégravir /Lamivudine ou Dolutégravir /Rilpivirine ou Darunavir/Lamivudine prise 4 jours consécutifs sur 7 versus une bithérapie antirétrovirale prise en continu, chez des patients en succès thérapeutique sous ARV. Inclusions reportées cause Covid (août 2020).